Présentation sur le mindmapping en enseignement

Olivier Le Deuff, maître de conférences à l’Université de Bordeaux 3 et chercheur en sciences de l’information, a publié, en mars dernier et sous licence cc, le support de l’une de ses interventions intitulée « Usages et pratiques des cartes mentales en éducation ». On peut consulter cette présentation sur le site Guidedeségarés.info.

Le diaporama revêt une forme variée et comporte, aux fins de l’illustration, plusieurs cartes mentales mais aussi des schémas, des listes, des tableaux, des courts textes, des photographies. C’est un outil qui donne une idée très large de ce qu’est le mindmapping et de la façon dont on peut l’utiliser en enseignement. La présentation est instructive et constitue une bonne introduction aux cartes heuristiques pour les enseignants qui voudraient les intégrer à leur pratique.

Le guide d’une centaine de diapositives présente la typologie des cartes mentales, leurs utilisations possibles, les avantages et les limites de ces représentations visuelles qui tiennent en une page et qui peuvent servir à structurer la pensée autant qu’à stimuler la créativité. L’auteur y présente notamment des outils en ligne et des exemples de cartes créées pour l’enseignement dans différentes disciplines.

La page 6 (voir ci-dessus) sur les usages de la carte mentale est particulièrement claire pour voir en un coup d’oeil les possibilités de l’outil (mémoriser, apprendre, se concentrer, organiser, négocier, etc.). À la page 8 (voir ci-dessous), la carte illustrant les possibilités pédagogiques est tout aussi éloquente : faciliter la mémorisation, mieux capter l’attention, structurer, innover.

diapo 8

Sans l’apport du professeur pour compléter les données du diaporama (pour qui n’a pas déjà de notions sur ces sujets), l’historique et la réflexion (par exemple sur la réhabilitation des hypomnemata et sur la skholé) seront sans doute plus difficiles à intégrer à l’apprentissage. La réflexion à partir de l’idée de Foucault sur « l’écriture comme manière de recueillir la lecture », sur l’écriture de soi et les liens à faire avec l’exercice de la carte mentale se lisent mieux, tout comme l’exemple concret du succès finlandais, illustré là aussi par une carte mentale et un lien vers un article du site Cactus acide et un court reportage de France 3 (qui datent cependant un peu, 2008) où l’on voit à l’oeuvre des enseignants utilisant de manière systématique les cartes heuristiques avec les jeunes élèves.

La typologie des cartes heuristiques est abordée : cartes simples ou plus complexes, cartes mentales ou cartes conceptuelles, cartes interactives à créer en ligne. On y fait aussi mention des structures et des arborescences diverses, dont les parties peuvent être plus ou moins cloisonnées ou liées entre elles, et qui peuvent servir à enseigner différents types de connaissances.

Utilisations pédagogiques

La présentation donne des précisions sur les nombreuses utilisations pédagogiques des cartes mentales : par l’enseignant comme support à la présentation ou lors de la construction des leçons, par l’élève pour la prise de notes. On peut aussi les utiliser en séance de brainstorming avec ses collègues, les cartes mentales permettant de faire appel à la créativité des participants pour avoir un regard nouveau sur une question en sortant des modes d’organisation habituels.

La présentation donne en détails les avantages de la prise de notes à l’aide de la carte mentale : aide à la concentration et à la synthèse qui se fait au fur et à mesure. On propose aux professeurs qui ne sont pas familiers avec la méthode de faire un essai en obligeant la prise de notes de manière cartographique pendant une première leçon afin d’en voir les résultats.

La page 34 présente sous forme de tableau les avantages et les limites du mindmapping . Bien qu’il soit un peu flou et difficile à déchiffrer si on l’agrandit en mode plein écran -comme plusieurs autres pages de la présentation- le tableau est très pertinent et aide à comprendre ce qu’on peut espérer faire et ce qu’il ne faut pas tenter de faire avec cet outil.

Il est intéressant aussi de lire la méthode pour faire réaliser une carte conceptuelle à partir d’une question qui doit être claire. Plusieurs exemples de cartes conceptuelles sont donnés pour l’enseignement dans quelques disciplines (arts appliqués, français, sciences physiques) et pour l’explication d’une technique. On donne aussi un exemple d’exercice à faire en classe par le biais d’une carte mentale à compléter.

L’auteur rend disponible un document (en mode lecture seulement) qui comprend la consigne des travaux pratiques en lien avec la présentation : TP Cartes mentales en éducation. On y retrouve de nombreux liens vers des outils en ligne de création de cartes mentales et l’explication des particularités de chacun. Très intéressant pour les professeurs qui voudraient tenter une première expérimentation pédagogique avec le mindmapping, on trouve dans ce document d’accompagnement la consigne d’une dizaine de travaux pratiques à effectuer pour se faire la main.

Thot Cursus

Usages et pratiques des cartes mentales en éducation. Le guide des égarés, Olivier Le Deuff, mars 2011.