On pourrait croire que les étudiants, dont la majorité a moins de 30 ans malgré le boom de la formation continue dans l’enseignement supérieur, sont des cracks des technologies qu’ils ne qualifieront sûrement pas de « nouvelles », puisqu’ils ont toujours vécu avec. Eh bien, non. C’est le premier enseignement de ce dossier. Nos différents rédacteurs et témoins l’affirment : les étudiants ont des usages restreints des outils numériques et leurs enseignants doivent systématiquement les former à utiliser blogs, forums, wikis… Vous en découvrirez plusieurs exemples dans nos articles.

Lorsqu’on demande aux étudiants eux-mêmes quels sont leurs outils numériques préférés à l’université, ils citent d’abord le traitement de texte, puis le courriel. L’étude américaine dont nous rendons compte n’évoque pas le diaporama… Mais selon d’autres sources (par exemple, cette enquête express menée à l’université de Lorraine, en France), les étudiants apprécient ce suport, à condition qu’il ne soit pas trop chargé de texte. Rien de révolutionnaire, donc, et surtout pas les réseaux sociaux, qui semblent être définitivement classés dans la catégorie des sites privés.

Ce que les étudiants aiment par-dessus tout, c’est le cours interactif en présence, l’échange avec un enseignant. Ils privilégient les petits groupes aux grands amphis. Voilà de quoi rassurer les tenants de l’échange dialectique, qui aide mieux que tout autre technique à élaborer une pensée personnelle et à construire des savoirs approfondis. En formation à distance, cela signifie qu’il faut donner de la place aux forums (et animer ces derniers !), plus peut-être qu’aux supports de cours statiques.

Néanmoins, lorsque les étudiants s’intéressent aux outils numériques, ils font des merveilles. Le saviez-vous ? Le lecteur universel de vidéos, VLC, est né d’une initiative étudiante ! Parfois très jeunes, les étudiants codeurs développent désormais des applications pour téléphones intelligents et tablettes numériques, en pensant d’abord à leurs congénères. Les tablettes restent pourtant d’un prix élevé pour les étudiants aux petits budgets. Mais cela risque fort de changer rapidement, plusieurs constructeurs ayant annoncé des tablettes à 50 euros… ou encore moins, comme en Inde, dont gouvernement conserve l’ambition d’équiper plusieurs centaines de millions de scolaires et d’étudiants !

Quels que soient les outils et applications adoptés pour l’apprentissage, souhaitons du moins que leur utilisation fasse la part belle aux activités de production de contenus. Les étudiants qui s’essaient à la publication en ligne découvrent en effet que, sous l’apparente simplicité technique, se cachent des exigences de rigueur et de régularité qui demandent de l’auto-discipline. Bienvenue dans le monde des adultes…

Car petit étudiant deviendra grand et devra aller travailler. La maîtrise d’une plus large gamme d’outils numériques et de la création de contenus par les étudiants renforcerait leur employabilité. Entendront-ils ce message ?

Bonnes découvertes,

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
redaction@cursus.edu