La Finlande obtient régulièrement les meilleurs résultats à la fameuse évaluation PISA, évaluation internationale pour le suivi des acquis des élèves, qui établit un classement parmi 57 pays représentant 90 % de l’économie mondiale.

Et tout le monde se demande « comment ils font » pour obtenir de tels résultats… Les missions officielles se multiplient en Finlande, afin de s’inspirer de ce qui a fait le succès de ce système éducatif.

Plutôt que de vous indiquer quelques-uns des très nombreux rapports rédigés à l’issue de ces visites, nous préférons vous signaler une vidéo de 15 mn, qui rend compte de la visite de Paul Robert, enseignant français, dans deux écoles élémentaires de la banlieue d’Helsinki.

Vous y découvrirez des ambiances de classe calmes, à faire rêver les enseignants épuisés qui affrontent quotidiennement des masses d’élèves agités. Pourtant, ces écoles finlandaises ne bénéficient pas de conditions particulières en matière de population scolaire : les effectifs par classe sont importants, et l’hétérogénéité des niveaux est aussi présente qu’ailleurs.

En revanche, on constatera rapidement, en visionnant cette vidéo, que les pratiques pédagogiques sont bien différentes de celles qui ont cours dans nos écoles de France et de nombreux autres pays.

  • Encouragement du travail collaboratif entre élèves, les élèves de différents niveaux étant volontiers mélangés pour des activités particulières ;
  • Séquences de travail relativement courtes (45 mn), et 15 mn de pause entre chaque séquence ;
  • Mise en place de groupes de niveaux regroupant les élèves de différentes classes, dont la composition varie au fil de l’année en fonction de la progression des élèves ;
  • Pour chaque sujet abordé en classe, plusieurs niveaux de difficulté sont proposés, de manière à ce que tout le monde puisse suivre. Ces différents niveaux de difficulté sont repris dans les manuels;
  • Présence permanente d’un professeur spécialisé, qui prend en charge de tout petits groupes d’élèves en difficulté, pour quelques heures ou quelques mois, à la demande des enseignants, dans les différentes matières ;
  • Présence rapprochée de l’enseignant auprès des élèves pendant les cours, longues séquences d’appui individuel si nécessaire.

Lorsqu’on s’intéresse, comme chez Thot, à la formation à distance, on ne manquera pas d’être frappé par la similitude entre ces pratiques pédagogiques et celles qui sont préconisées par les meilleurs concepteurs de produits de formation à distance.  Séquences d’apprentissage courtes, individualisation des parcours (avec variation du niveau de difficulté et du volume d’activité en fonction des acquis antérieurs et de la progression des apprenants dans les différents aspects de la formation), tutorat individuel, travail collaboratif… Autant de modalités pédagogiques porteuses de réussite pour les apprenants. En présence comme à distance.

La formation à distance serait-elle, dans les pays qui n’ont pas effectué la révolution culturelle de la Finlande, le moyen détourné de bénéficier, enfin d’un accompagnement pédagogique de qualité, favorisant la réussite plutôt que la sélection ?

Vidéo : l’éducation finlandaise

Thot Cursus