En vigueur depuis le 1er janvier, la réforme de la formation professionnelle met en colère nombre d’acteurs qui dénoncent les dysfonctionnements.

La difficulté de rendre éligible des formations

Selon le ministère du Travail, 26 233 formations sont éligibles au CPF. Elles doivent être diplômantes, certifiantes, organisées en modules et enregistrées au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

adeline-schuldPour beaucoup d’organismes de formation, répondre à ces critères demande un travail colossal de refonte des programmes et de montage de dossier. La difficulté est telle qu’un nouveau métier a fait son apparition : « Je conseille les organismes de formation, je monte des dossiers d’éligibilité. Depuis quelques mois, c’est simple, je refuse des demandes », s’exclame Adeline Schuld, de la société Ecole Eco Service. Elle le reconnaît aisément, même pour elle la tâche est ardue. « La loi est toute fraîche, il n’y a pas de grille uniforme et officielle. » Autre facteur à prendre en compte : le temps. Il faut compter environ 18 mois minimum pour rendre une nouvelle formation éligible. Malheur à ceux qui ne se sont pas préparés assez tôt.

Les plus touchés sont les petits organismes qui ne possèdent qu’une seule formation pas encore éligible. Mais ceux offrant des formations sur de nouveaux sujets, notamment dans le domaine du high tech sont également éprouvés.

Extrait de l’article paru sur le JDN

L’article complet parle des dysfonctionnements, du manque de concertation, de la difficulté éligible des formations et de leurs inadéquations.

Suite de l’article sur JournalDuNet