L’Institut Vaucanson : La première grande école des bacs pros
Une grande école qui ouvre aux bacheliers professionnels les voies de l’excellence

Juin 2011 – Depuis la rentrée 2010, l’Institut Vaucanson accueille 18 bacheliers professionnels pour les mener jusqu’au bac+5. Il se propose ainsi de prouver que les meilleurs élèves de l’enseignement professionnel sont capables d’atteindre l’excellence à condition de leur créer un modèle de poursuite d’études qui capitalise sur leurs acquis, ce que l’Institut a mis en place. Dans cette Ecole hors norme sur 5 ans, l’ensemble de la scolarité se déroule dans le cadre de l’apprentissage.  Le niveau visé est un master 2, mais avec une possibilité de sortie avec une licence  « Sciences pour l’Ingénieur » ou « Gestion et Management » au bout de 3 ans. A travers une formation en alternance longue, basée sur une pédagogie par projet, les étudiants obtiendront un diplôme co-habilité par les grandes écoles de management et d’ingénieurs et les universités partenaires à la formation.

L’Institut Vaucanson : un projet né de la volonté des pouvoirs publics et des entreprises
En Août 2008, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et des représentants des entreprises ont confié au Conservatoire National des Arts et Métiers la mise en place et la direction de la future grande école pour les bacheliers professionnels. Le Cnam a ainsi créé une structure dédiée, l’Institut Vaucanson, dirigé par Vincent Merle et une école sous la direction de Nicole Lévy, professeur en informatique à l’université de Versailles-St-Quentin.

« Les étudiants admis seront issus d’une sélection sévère, comparable à celle opérée par les grandes écoles traditionnelles, et ils n’ont pas besoin d’une seconde chance dans la mesure où ils ont pleinement réussi leurs études secondaires. Mais à l’opposé des dispositifs existants l’Institut Vaucanson permettra de scolariser des jeunes issus de la filière professionnelle et non des bacheliers généraux issus de milieux sociaux défavorisés », souligne Henri Lachmann, président du CS de Schneider Electric, et du Conseil de surveillance de l’Institut Vaucanson

La première grande école des bacs pros
L’objectif de la formation est de permettre au plus grand nombre des entrants d’obtenir un master 2 option ingénierie ou option management en s’assurant que les élèves n’auront pas perdu leur qualification professionnelle d’origine.
Les diplômés bénéficieront donc d’une double qualification verticale : maîtrise d’un métier associée à une compétence de haut niveau en ingénierie ou en management. Les entretiens conduits par des chefs d’entreprise et des responsables d’organisations professionnelles permettent de soutenir qu’il s’agit d’un profil particulièrement bien adapté aux entreprises de taille intermédiaire et que les diplômés constitueront à terme un vivier de créateurs et de repreneurs d’entreprises.

1 école, 3 enjeux
Un enjeu éducatif
: en apportant la preuve que le choix de la filière professionnelle au niveau de l’enseignement secondaire ne conduit pas à une impasse académique et professionnelle, l’école redonne ses lettres de noblesse à une filière boudée par les familles.
Un enjeu économique : l’école et celles qui se créeront à son image permettront à une proportion significative des bacheliers professionnels d’accéder à un niveau de qualification supérieure, ce qui renforcera la compétitivité de l’économie nationale.
Un enjeu social : les « minorités visibles » sont fortement représentées dans la filière professionnelle. Démontrer qu’il y a un avenir scolaire après le bac pro c’est accréditer l’idée qu’il existe une réelle possibilité de promotion sociale par l’école.

Une démarche pédagogique originale pour une formation de haut niveau adaptée aux bacs pro
La formation proposée par l’Institut Vaucanson s’inscrit dans le prolongement direct du baccalauréat professionnel. La pédagogie en est également inspirée, proposant une approche innovante, par projets, basée sur le raisonnement inductif, la primauté de l’expérience, l’attachement à la qualité et au savoir-faire ainsi qu’aux comportements qui les sous-tendent.
Tenant compte du fait que les bacheliers professionnels ont déjà reçu une formation spécialisée qu’il n’est pas nécessaire de reprendre, le contenu de la formation au niveau L est délibérément généraliste et préfigure un type de licence qui s’apparente davantage à un bachelor anglo-saxon. Les deux premières années,  les enseignants sont en majorité issus du corps des professeurs des lycées professionnels et un tutorat actif est assuré par les élèves des institutions d’accueil. A l’occasion de la troisième année les élèves opteront pour une majeure ingénierie ou management assurée par des enseignants spécialisés du supérieur.
Les deux années de Master présentent, au niveau de leur contenu, un caractère plus traditionnel. Les enseignants sont majoritairement des enseignants relevant des universités ou écoles d’accueil.