La radio appartient à la catégorie des mass-media, ces gros tuyaux qui diffusent toute la journée des contenus pensés par une petite quantité de journalistes et d’animateurs en direction d’un large public dont on suppose connaître les goûts et les centres d’intérêt. A ce titre, elle devrait être largement ébranlée par les outils du Web 2.0, qui permettent à chacun des internautes de sélectionner ses sources d’information, de composer ses programmes au gré de ses humeurs à partir des matériaux en accès libre sur la toile, et de créer ses propres contenus.

Mais ce n’est pas le cas. Les grandes radios nationales et internationales conservent un nombre appréciable d’auditeurs fidèles et la masse des recettes publicitaires des radios commerciales reste importante, même si elle baisse lentement.

Pourquoi aimons-nous la radio ? Parce qu’elle répond très bien à nos attentes et à nos modes de vie. La radio a su s’adapter au fil des ans aux changements sociaux et technologiques. Partout, l’ouverture de la bande FM a permis l’éclosion de milliers de stations aux profils variés : radios musicales, radios militantes, radios confessionnelles, radios communautaires… Dès les années 80 et 90 du siècle dernier, il y en avait pour tous les goûts.

Quelques années plus tard, la radio a enfourché sans sourciller le cheval au galop d’Internet. On ne compte plus aujourd’hui les webradios, qui peuvent être créées sans gros moyens financiers et avec un minimum de connaissances techniques. Ces webradios proposent des programmes et diffusent surtout des artistes qui n’ont pas les faveurs des grosses radios commerciales. En ce sens, elles permettent de découvrir des talents.

Les radios FM ont ouvert des portails sur le web, qui offrent généralement la possibilité de télécharger les émissions pour les écouter sur son baladeur ou via son ordinateur. Chacun peut ainsi composer sa propre radio, sélectionnant uniquement les émissions qui lui plaisent.

Avec tant d’avantages, tant de souplesse, on se demande pourquoi un tel canal n’est pas plus utilisé pour diffuser des cours. Il fut un temps où la radio s’affichait ouvertement éducative, apportant la formation jusque dans les foyers et les écoles. Certes, il existe toujours des émissions et même des stations de radio dédiées à la connaissance, qui proposent des émissions passionnantes appréciées du public, mais la radio est passée du côté de la formation informelle, elle n’est quasiment plus utilisée dans le cadre de l’institution scolaire ou universitaire.

Une minute : ceci n’est pas vrai. la radio est bel et bien présente dans les écoles et les universités… mais désormais, ce sont les enseignants, les élèves et les étudiants qui la fabriquent. Des jeunes de tous âges réalisent des émissions pour apprendre les langues, l’histoire, la géographie… ou même pour apprendre à devenir journaliste. Vous découvrirez dans ce dossier de belles réalisations qui donnent envie de se mettre devant le micro et de parler dans le poste.

Bonnes découvertes,

Christine Vaufrey, rédactrice en chef

redaction@cursus.edu